Compatibilité d’Internet+ Mobile avec les MVNO ?


C’est une question complexe.

Le marché des MVNO en France capte environ 11% du marché. Souvent des clients « niche » comme les jeunes (NRJ Mobile, Virgin Mobile, etc) ou plus vieux (C le Mobile, La Poste Mobile, etc) ou par région (Breizh Mobile, etc). Avec l’arrivée de Free Mobile, nombreux ont vu leur part de marché s’effondrer. De plus, un MVNO achète des minutes ou des Go en gros aux opérateurs pour les revendre. Il y a aussi des Full MVNO qui ajoutent une couche par dessus celle des opérateurs pour pouvoir gérer leur réseau avec toutes les fonctionnalités d’un véritable opérateur. Ils  peuvent en plus combiner plusieurs opérateurs pour disposer des meilleurs prix (ex : si Orange vend ses minutes moins chères que SFR, Virgin Mobile pourra les allouer dynamiquement à ses clients, afin de réduire ses coûts et donc d’augmenter ses marges).

image

La facturation auprès de clients d’un MVNO est complexe, tant son nombre est grand :

  • Les full MVNO ont une totale maitrise de leur système de facturation, donc il revient à chacun de définir sa propre stratégie. Mais la tendance du marché voulant proposer des prix toujours plus attractif aux consommateurs, elle pousse de nombreux full MVNO a bloqué les achats tiers, cela dans le but d’éviter un gonflement excessif de la facture.
  • Les MVNO classiques sont rattachés à un opérateur historique et mise à part Orange qui autorise la facturation Internet+Mobile, SFR et Bouygues continuent de bloquer tout paiement de services tiers.

Il y a donc une possibilité de facturer une partie des MVNO, quand à l’autre part, elle se voit afficher un message d’erreur comme celui-ci :

par défaut 2014-07-24 à 17.21.46

Ainsi, avec :

  • un marché des MVNO qui se tasse
  • des clients peu enclins à consommer (à la recherche du meilleur prix)
  • la multiplicité des MVNO
  • la complexité technique de détecter puis de facturer ces clients

Le raccordement des MVNO en direct n’a pas été jugé stratégique. Nous avons donc une solution qui marche « au mieux » pour les clients MVNO.

Dernièrement, ce point est en discussion avec les opérateurs classiques mais le temps opérateur n’est pas le temps éditeur, les améliorations de nos solutions de facturation pour les MVNO sont donc plutôt opportunistes.